Masse Critique Liège

Tous les derniers vendredi du mois, 17h30 pl. St-Léonard

"Notre écologie se nomme autonomie" : réflexion sur le concept de développement durable.

Sous ce mot-déclic qui suscite l’adhésion, gouvernements et industriels vendent à la population une image positive de leurs actes, et s’opposer à leur gestion de la société peut nous exposer à une remise à l’ordre au nom d’un idéal soi-disant éthique. Mais au fond, ils ne pensent qu’au développement et à la croissance de l’économie, quoi qu’ils en disent.
Ce qui se développe, une plante par exemple, est en phase de croissance. Substituer le terme d’écologie – qui signifie une adéquation de l’habitat avec le milieu – par le terme de développement durable – qui signifie la croissance qui dure donc qui sature et altère gravement le milieu – tout en postulant que ce développement peut durer et être supportable, est une mystification majeure de notre époque.

De nombreuses personnes, qui ne sont pas aussi cyniques que les tenant-e-s du pouvoir, agissent sincèrement pour un idéal qu’elles appellent aussi « développement durable », et servent ainsi un système morbide qui tente vainement de prolonger son existence.
Au mieux, si cette doctrine s’appliquait vraiment, elle tendrait à optimiser – et donc à maximiser – l’exploitation des ressources naturelles et humaines, dans les limites du supportable. Est-ce là un avenir désirable ? Là où d’autres y voient une éthique, nous n’y voyons qu’une froide raison économique. Nous ne croyons pas au « progrès » de ce système dont le but reste de maximiser les profits et dont le « développement durable » n’est autre qu’un capitalisme vert. Comment peut-on rêver d’un système d’exploitation éternel ?

De plus, il semble bien illusoire qu’il remette en cause de lui-même le productivisme qui pousse au court terme et engendre les filières « de la mine à la décharge ». Le capital cherche à croître, investit pour l’augmentation des flux, ce qui augmente la demande en ressources, et celles qu’on pourrait sauver dans un secteur – par des programmes d’économie – se trouvent rapidement à disposition d’un autre. La fuite en avant dans la politique de la terre brûlée continue.

Donnez votre avis


Votre commentaire
forum qui etes vous

C’est la fin du pétrole, préparez vos guiboles

Merci à agora.eu.org pour l'hébergement. Voir le squelette SPIP.